Philippe Heurtel - Psykoses


Parce qu'il faut bien rire un peu quand même sur la plage!!!
Comme le dit une célèbre réplique de film "Tu vois, le monde se divise en deux catégories! Ceux qui" tuent et ceux qui sont tués.... Et vous? Vous êtes une victime ou un psyko?

Parce qu'ici, toute la question est là. Et pour être totalement franc avec vous, je préfère être nettement un psycko. Au moins, j'ai plus de chance de rester en vie. Mais il faut que je vous explique un peu tout ça.
Alors, il y eut un jour... On n'en sait pas plus en fait... on a bien essayé mais bon... Donc, il y eut un jour le Grand Cataclysme. Et l'humanité fut séparée en les deux catégories sus-nommées. D'un coté du ring, vous retrouvez les plus grands, les plus redoutés et les plus effrayants monstres du 7ème art. Il y en a un certain nombre de catégories dont les vampires, les Jason, les leatherfaces ou encore les redoutables Seven. On parle même d'un être légendaire, le Screamer mais comme tout être légendaire, il sait s'entourer de mystère.
De l'autre côté de la boucherie...euh... du ring, observez les plus frêles, les plus pathétiques et les plus moelleuses (là, c'est Hannibal qui le dit moi...): les Victimes. Elles sont toutes là également. Le beau et grand sportif adulé de tous, la pom-pom girl qui sort avec le sportif, l'intellectuel qui sait tout mais se fait tuer quand même.

Ce roman regroupent en réalité deux novellas qui font autour des 150 pages chacune. Dans la première, un corps est retrouvé hors de sa sépulture. Le problème n'est pas là parce que la profanation était autorisée par les autorités compétentes. Mais le souci se trouve dans le fait que le corps a été démembré, et un meurtre par un membre de la confrérie des leatherfaces n'était pas prévu, ni autorisé. Parce que c'est bien beau de vouloir et pouvoir tuer, mais il faut quand même respecter des règles. Un code a été mis en place, et chaque meurtre ou autre acte de même nature nécessite un accord du Conseil. L'inquiétude grimpe d'un cran lorsqu'un autre assassinat non-autorisé survient. cette fois, il s'agit de l'oeuvre d'un Hannibal. Le Conseil met sur l'affaire un des meilleurs limiers, un Seven. De leur côté, les victime commencent à prendre conscience, ou tout du moins se posent des questions quant à ces morts...
Le second texte nous narre l'arrivée d'une alliance rebelle intergalactique qui fuit l'Empire. Et leur fuite les amène jusqu'à la petite ville de Teen Town. Heureusement l'un des leurs connait le coin pour y être déjà venu. Mais pour tous, le plus horrible n'est pas forcément cette arrivée d'extraterrestres mais qu'ils sont communistes. Non mais, faut pas pousser quand même....

Le point fort de ces courts romans est l'humour. Le lecteur n'arrête pas de se marrer. En ce sens, ils m'ont fait penser aux écrits de Pratchett. Si le rire n'est pas là, il y a du moins le sourire. Et je peux vous assurer que rendre un écrit drôle à ce point est un exercice très difficile. Il existe un certain nombre d'écueils dans lesquels il ne faut pas tomber. Et l'auteur suit ses maîtres avec excellence. Parmi eux, je pense que l'on peut citer Mel Brooks ou les ZAZ ( les frères Zucker et Jim Abrahams qui sont les pères de Y a t-il un flic... ou encore les Hot shot) qui ont tracé cette voie du parodique teinté de respect et de passion.
Donc de la même façon, Philippe Heurtel parodie les slashers (Halloween ou vendredi 13...) et les films SF avec passion. Derrière cet humour potache, on sent une incroyable culture et le nombre de références à la page est impressionnant. Et parfois d'un façon détournée qui tourne au génie. Je vous en laisse découvrir la primeur.
En conclusion, je vous conseille donc vivement cet ouvrage. Une petite perle de détente. On rit, on s'amuse et c'est bien agréable en cette période.

1 commentaire:

Dominik Vallet a dit…

Je l'ai lu et je partage complètement cet avis ! ;o)