Maxime Chattam - La trilogie du mal

A l'heure où est fini son second cycle de trois œuvres (Le cycle de la Vérité) et où il s'attaque à un nouveau genre avec Autremonde, j'ai voulu revenir sur la trilogie qui l'a fait connaître. Pour cela, j'ai repris un dossier que j'avais écrit précédemment et l'ai remis à jour.

Première œuvre du jeune auteur Maxime Chattam, 26 ans à l'écriture du premier tome, la trilogie du Mal est surtout l'occasion de la découverte d'un auteur hors pair. En effet, l'auteur a soulevé une vague de lecteur et de fan comme il l'a été rarement fait par un auteur français. Il vous suffit de vous rende à une séance de dédicace et vous constaterez le phénomène.
L'étude de cette trilogie n'a pas été un travail des plus évidents parce que la toile tissée par l'auteur à travers ces trois livres est dense.
La trilogie en est une véritable au sens où les trois romans sont indépendants en eux-mêmes. Il est totalement possible de les lire dans un autre sens et vous comprendrez parfaitement les enquêtes. Toutefois, le héros de cette saga, Joshua Brolin, est le centre névralgique puisqu'une véritable évolution du personnage est présente à travers les trois volumes. Alors que dans le premier, il est jeune et veut faire son travail plus que tout, dans le second nous croisons un Brolin diminué psychologiquement parlant. Il ne sait plus trop quoi faire de sa vie. Il continue des enquêtes tout simplement parce qu'elles le maintiennent debout. Enfin dans le dernier tome, il reprend espoir en l'existence. Nous assistons vraiment à un parcours initiatique personnel à travers la trilogie.

De plus, l'auteur arrive à créer un univers qui ne demande qu'à être développé par la suite. Ce qui est prévu mais nous verrons cela plus tard. Joshua est donc le seul véritable lien entre ces trois romans. Un conseil: lise-les dans l'ordre mais indépendamment. Je m'explique. Ne cherchez pas un quelconque rapport. Laissez-vous absorbez par les enquêtes. Ensuite, tentez une relecture des trois tomes d'un coup (Ce qui a été fait pour ce dossier), vous verrez alors l'évolution flagrante de l'auteur et de son personnage fétiche. Vous ne pourrez qu'être impressionné de la façon dont l'auteur maîtrise son sujet.


L'âme du mal

Publié en 2002. Joshua Brolin y a 31 ans.

C'est le premier thriller, et même roman tout court, publié sous le pseudonyme de Maxime Chattam. Et le premier tome de la trilogie.

Un homme enlève des jeunes femmes et les torturent pour les laisser à la vue de tous. Mutilée de leurs avant-bras. Le jeune inspecteur Joshua Brolin est chargé de cette enquête: l'affaire du bourreau de Portland. Il finit par l'arrêter d'une balle dans la tête, et sauve ainsi sa dernière victime potentielle. Seulement, un an plus tard, les crimes recommencent avec des détails que seuls le tueur pouvait connaître.

Avec ce premier roman, on assiste à une naissance. Celle du style de l'auteur. On sent très bien qu'il possède une certaine originalité et une vision très cinématographique. Et ces caractéristiques seront plus flagrantes avec les autres romans. Certains paragraphes sont ici encore un peu long et coupent le rythme. Cependant, Maxime Chattam nous scotche littéralement avec ses connaissances en Criminologie. En effet, alors que certains thrillers traînent dans la même cour, ils paraissent comme un cour pédagogique de police techniques scientifique. Et les passages sont alors ennuyeux voire barbant. Je ne vous dis pas qu'ici, les détails ne sont à aucuns moments un peu longs mais il a évité l'écueil principal avec la création d'un personnage qui permet la plupart du temps l'explication de ces techniques par un dialogue et non une tirade narrative. Ce personnage est Bentley Cortland, futur Attorney.

Le pari est donc réussi avec ce roman. Et le public ne s'y est pas trompé. Et ce même si la plus grande vague de lecteurs est apparue avec le second tome, In Tenebris.


In Tenebris

Publié en 2002. Joshua Brolin y a 35 ans.

Il s'agit du second volume de la trilogie, souvent le plus plébiscité par les lecteurs

New York City. Une femme court. Nue. Elle fuit un assaillant invisible. Elle est effrayée comme jamais. Dans sa course irréfléchie, elle provoque un accident avant de se réfugier dans un parc national de la municipalité. Elle est retrouvée peu après scalpée. L'enquête est confiée à Annabel O'Donell dont le mari a disparu sans laisser de traces quelques mois auparavant. Alors que l'enquête va vite et qu'un suspect est désigné, la police new yorkaise découvre des photographies de femmes, hommes et enfants terrorisés. Le tueur n'était pas seul. Parmi ses photographies, il y a celle d'une jeune fille que Joshua Brolin recherche.

Le roman de la consécration pour l'auteur. Pour beaucoup, leur préféré de la trilogie. L'ambiance fantastique y est pesante à chaque page. De plus, le style de l'auteur s'affine et se confirme ici. Nous trouvons le Maxime Chattam définitif... ou presque! Des paragraphes courts, des descriptions très cinématographiques et une imagination des plus terrifiantes parce que proche de notre réalité! De plus, on sent très bien que l'auteur se sent en confiance. Un exemple flagrant: Brolin est censé être le héros de la saga et il n'apparaît qu'après 100 pages de lectures.


Maléfices

Publié en 2003. Joshua Brolin y a 35 ans.

Le troisième et dernier volume de la trilogie

Un corps est retrouvé dans les bois aux alentours de Portland. Il s'agit du frère de Larry Salhindro, ami et ancien coéquipier de Brolin. Par respect et par amitié, le détective privé se charge en parallèle de l'enquête. Mais l'affaire se complexifie très vite. Travaillant avec ses anciens amis de la police, il découvre des corps de femmes emprisonnées dans un énorme cocon avant d'avoir été éviscérées. A cela s'ajoute la mystérieuse invasion d'araignées dans les logements de Portland. La panique est proche lorsqu'on sait que 80% de la population mondiale se dit arachnophobe.

Avec ce thriller, l'auteur boucle le tout avec le retour de Brolin à Portland et son travail dans la police de façon officieuse. On retrouve la grande majorité des personnages inventés avec l'âme du mal. On prend beaucoup de plaisir à les retrouver en compagnie d'Annabel O'Donnel. Une très bonne conclusion de la trilogie


Frise des événements

A travers cette frise temporelle, nous prenons la trilogie comme un tout narratif. En effet, il est ainsi aisé de remarquer que les événements des différents romans s'entrecroisent temporellement parlant.

  • 1980 Enlèvement du petit Josh Phillips, dans un centre commercial de la banlieue de Miami
  • Etude du profiling a Quantico pour le FBI

  • Joshua Brolin quitte le FBI, et rejoins les rangs de la police de Portland, sa ville natale

  • avril 87 Création de la secte de Caliban

  • 12 avril 87 Un avion explose au-dessus du Colorado

  • Octobre 98 Affaire du bourreau de Portland

  • Octobre 99 Affaire du Fantôme de Leland

Suite à cette affaire, Brolin voyage à travers le monde pendant trois ans. Il revient démissionnaire de la police, et détective privé spécialisé dans les disparitions.

  • 17 Décembre 2000 Disparition de Bradley, le mari d'Annabel
  • Juin 2001 Autopsie par Sidney Folstom d'un homme qui se révèle être encore vivant
  • Janvier 2002 Affaire de la secte de Caliban à New York. Rencontre de Brolin et d'Annabel
  • Juin 2002 Les araignées envahissent Portland. La Chose est derrière
  • 21 Juin 2002 Brolin et Annabel s'associent

Est-ce la fin?...

Joshua Brolin fait partie de ces personnages auxquels on s'attache, et que l'on aimerait revoir. Et pourtant, l'auteur est catégorique: il ne reviendra pas sur le devant de la scène. Lorsqu'on y réfléchit, c'est une bonne chose en réalité. Ainsi, le lecteur a tout loisir d'imaginer à sa guise l'avenir de la relation entre Joshua et Annabelle. Le cycle est clos pour le détective.

Toutefois, les projets ne sont pas inexistants pour autant. En effet, par audace, un dessinateur a proposé à Maxime Chattam de faire de la trilogie une adaptation en bande-dessinée. Mais ce projet semble tomber à l'eau...

Pour autant, M. Chattam n'en a pas fini avec Portland, et les personnages créés à travers ces trois thrillers. Il est effectivement prévu de qu'il nous conte la disparition de Bradley, le mari d'Annabelle. De plus, il a été question également que la légiste Sidney Folstom aurait son thriller dans trois ou quatre ans.

En conclusion, à travers cette trilogie, un auteur s'est fait connaître. Avec le succès est venu la controverse. Des mots même de l'auteur, "il en faut de la controverse". Certains lui reprochent de mettre le produit livre en avant en tant que tel, tandis que d'autres le critiquent parce qu'il se mettrait en avant. Il est vrai qu'il conçoit ses livres comme des produits qu'il faut vendre. Qui lui jetterait la pierre? La démarche pourrait être attaquable s'il n'était pas honnête avec les lecteurs et avec lui-même. Mais il l'est. Il n'écrit pas les histoires qui font vendre. Si c'était le cas, il n'aurait pas écrit le sang du temps et aurait continué dans la lancée des thrillers urbains. Il vend des histoires qu'il écrit avec passion. Il suffit de discuter avec lui cinq minutes pour s'en rendre compte. Vous verrez que vous avez affaire à un jeune homme passionné et non à un jeune loup aux dents pointues.

De plus, une édition intégrale va être publiée le 27 novembre. Alors laissez-vous tenter...

(Cette image est issue du site http://polars.pourpres.net/)


4 commentaires:

Silouane a dit…

C’est une bonne idée de relire La Trilogie. J’ai également préféré In Tenebris, je trouve qu’il est plus abouti que L’âme du mal. L’écriture semble mieux maîtrisée.


« Joshua Brolin fait partie de ces personnages auxquels on s'attache, et que l'on aimerait revoir. Et pourtant, l'auteur est catégorique: il ne reviendra pas sur le devant de la scène. Lorsqu'on y réfléchit, c'est une bonne chose en réalité. »

Je ne suis pas d’accord car j’ai vraiment adoré ce personnage un peu énigmatique, qui se livre difficilement.

Je te rejoins aussi dans ta conclusion, j’ai pris un très plaisir à lire cette trilogie et si elle fait produit, je n’en suis pas gêné.

Fabien a dit…

Il faut que je t'avoue que je suis pas fans des personnages récurrents. J'ai toujours l'impression qu'ils finissent pas se perdre.
Avec cette trilogie, c'est au lecteur de laisser son imagination créer la suite. Et ça j'aime bien ;-)

La liseuse a dit…

Une très très bonne trilogie. J'ai adoré le personnage de Brolin et j'avoue que j'aimerais le retrouver dans un prochain roman. Mais bon, l'auteur a été clair là-dessus.

Vanessa a dit…

Ah j'adore cet auteur, ne sachant pas que c'était une trilogie il y a quelques années, je n'ai lu qu'In Tenebris ! Oh la la du lourd! j'ai vachement aimé, gore comme j'aime !