Franck Thilliez - L'anneau de Moebius


Stéphane Kimset est un petit génie. Un petit génie du déguisement et du maquillage. Il ferait d'une Miss France, une créature hideuse qui effraierait le plus courageux des hommes. Et il exerce son talent dans l'industrie du cinéma en tant que responsable des effets spéciaux. Mais l'un de ses problèmes est que sa vie à lui est un effet spécial à elle toute seule. Et un effet qui l'a amené en hôpital psychiatrique. En effet, il semble provoquer des accidents en essayant des les éviter. Ce fait n'est pas très clair pour lui, ni pour sa femme. Et aujourd'hui, une nouvelle carte change la partie: il se souvient de ses rêves et ce qui était intuition devient songe réaliste. Peut-il faire quelque chose pour modifier le cours du destin?

Vic Marchal est lié d'une certaine façon à Stéphane. Jeune policier à la Crim' attendant un enfant, ses collègues disent de lui qu'il est pistonné parce que son père est un grand flic de la maison. Ce matin, il commence sa première grande enquête. Une star du porno a été retrouvée morte dans son nouvel appartement dans une posture particulièrement horrible. Les deux histoires semblent indépendantes mais elles sont pourtant liées par ce facteur qu'est le temps. Et il n'apporte pas que des bonnes nouvelles.
Le temps, cette donnée qui nous semble inaltérable à tous est le principal personnage de ce roman de Franck Thilliez. En effet, il en a fait une donnée prévisible ou du moins visible de l'arrière. Je veux dire par là que Stéphane a des visions du futur, et il essaie de le changer. Et toute la thématique tourne autour de cette problématique: il existe un futur qui se construit en même temps que le présent, à la même vitesse. Par conséquent, peut-il être modifié par des actions du présent, ou est-ce qu'elles créeraient un autre futur? Stéphane se pose la question, et trouve la réponse. Je ne vous dirai pas ce qu'elle est. Ce que je peux vous dire en revanche, c'est que ce roman est une totale réussite de l'auteur.

J'ai découvert Franck avec son premier roman aux éditions le Passage, La chambre des morts, et depuis lors chaque roman est une véritable claque. Et ce parce qu'il va toujours plus loin dans ses expérimentation. Avec La forêt de Ombres, il s'essayait au huis-clos par exemple. Et, à présent, il tente le mélange des temps et des genres. Pour le temps, je vous ai expliqué cet aspect. On voyage entre la réalité et les rêves du futur, et le futur des rêves qui devient réalité. C'est clair?...

Pour l'aspect mélange des genres, il mixe le thriller (sa cour de jeux habituelle) avec l'horreur. Il l'avait déjà fait un peu avec La forêt des Ombres, mais avec celui-ci il s'immerge encore plus dans l'horreur psychologique, et l'horreur de la nature humaine. En tous cas, il nous apprend que la peur ne se trouve pas toujours là où on l'attend.

Au niveau du style, il nous prouve (si besoin était) qu'il est devenu un très grand nom du thriller en France. Là où Maxime Chattam s'est peut-être par exemple un peu perdu dans les intrigues complexes et trop imposantes, Franck nous stupéfait avec une histoire simple (un serial killer et un jeune flic) mais avec un traitement différent et rondement mené. Pas le temps de réfléchir. Il s'envole mais ses écrits restent simples et touchent au centre à chaque fois.

Enfin, ce roman est truffé de références à d'autres auteurs (King, Grangé…) ou au cinéma (L'effet Papillon, Freaks, Destination Finale…) tout en gardant son intégrité et son unicité. Je pourrai continuer et écrire encore beaucoup, mais je préfère ne pas trop en dire de peur de vous dévoiler des passages importants du roman. Je finirai donc en vous demandant pourquoi vous êtes toujours devant votre écran, et pas en train de le lire?....


1 commentaire:

La liseuse a dit…

Parceque je l'ai déjà lu, dans mon cas. Un sacré thriller. Bravo pour ton blog, Fabien. Je suis aussi sur Polars Pourpres.